Nederlands

Icônes Byzantines-Russes

André Beniest, iconographe, vous reçoit très volontiers sur son site d’icônes.
Il habite le beau « Village Artisanal »de Maredret dans la pittoresque vallée de la Molignée en Province de Namur (Belgique). Le village est entouré de trois monastères: L’Abbaye de Maredsous, l’Abbaye de Maredret et le Monastère Notre-Dame d’Ermeton s/ Biert.

Les icônes ont deux aspects :
- il s’agit d’ objets liturgiques : elles nous montrent la Bible en image.
- elles sont des objets d’art.

Les icônes sont réalisées de façon artisanale comme dans l’antiquité classique.
La technique pour peindre les icônes nous vient des portraits appliqués sur les momies égyptiennes. On les trouvent dès le 4°siècle avant le Christ, surtout dans la région du Fayoum.

On utilise uniquement des matériaux naturels pour faire une icône.
C’est un hymne et un hommage au Dieu Créateur. L’icône est fait de bois, de colle de lapin, de craie et de pigments avec un liant (dans ce cas: tempera, c.-à-d. un mélange de jaune d’œuf, d’eau et quelques goutes de vinaigres).
Le style de ces icônes se rapproche du style byzantin – russe (école de Novgorod) avec des textes en slavon.

L’icône nous donne plus que ce qu’on voit. Il y a la symbolique des couleurs, de l’éclairage, des attitudes et des gestes, des signes, etc. Et tout est conforme aux prescriptions de l’Eglise, déterminées par les conciles qui ont suivi la crise iconoclaste du 8°siècle.

Les icônes sont un héritage de l’Eglise entière. Elles sont antérieures au schisme qui a divisé l’Eglise d’Orient et d’Occident en 1054.

En 2006 le pape Benoît a dit que l’Europe doit retrouver ses racines chrétiennes pour réussir le procès d’unification. Il se fait que les icônes sont une de ces racines !

 


“L’icône est la Bible en image. C’est une fenêtre vers le ciel.

Elle nous donne la paix, la force et la confiance.

Elle est un témoignage de notre foi et elle souligne
notre responsabilité
à ce sujet. “


L’iconographe
André Beniest